Histoire et Sortilèges
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Octobre 2022
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 78 le Lun 14 Mar - 8:03
Statistiques
Nous avons 133 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Maxime Morin

Nos membres ont posté un total de 46441 messages dans 5397 sujets
Le Deal du moment : -40%
-40% Nike Air Zoom Pegasus 39 Premium
Voir le deal
77.97 €

Résumé de la partie 5

Aller en bas

Résumé de la partie 5 Empty Résumé de la partie 5

Message  Eric Sam 1 Oct - 12:32

Lundi 15 juillet

Chaleur de plomb, il fait plus de 40°C à l'ombre.
Vous êtes encore en retard, mais un 10-18 juste à côté vous donnera une bonne raison de ne pas être au boulot à 15h00 pétantes : parapet d'un toit d'immeuble ; dix types en robes blanches prêts à sauter ; un prédicateur (pas prêt à sauter) haraguant la fin du monde à cause de la crise économique de la faille San Andreas qu'est souillée par une société qui se pare dans le stupre et la concupiscence inégalitaire, bref le délire habituel ; et deux gorilles avec des mitrailleuses pour convaincre les plus réticents.
Vous agissez avec rapidité et méthode : plaquage au sol digne des meilleurs mises en échec de hockey, tasers bien utilisés, arguments fins et judicieux pour faire descendre (sauf le coup du beignet) les candidats au grand saut, et des réflexes affûtés pour choper les deux derniers récalcitrants.
Après un petit accrochage amical et poli de rien du tout dans le hall avec les SWAT, vous avez droit aux félicitations d'Hawkins, qui ne peut cependant s'empêcher de noter qu'à l'heure du 10-18 vous étiez en retard pour le service. Après, c'est l'engueulade habituelle, avec un truc sur des montres et des hérissons morts. Mais bref, vous vous éclipsez et partez pour la mission qu'il vous a refilée : des disparitions de putes à Skid Row. Décidément, ce lieu vous colle à la peau.

C'est finalement presqu'une deuxième maison pour vous, le commissariat de Skid Row. N'empêche que rentrer dans ce ghetto, ça fait toujours un choc. Et avec la chaleur étouffante, la vie du commmissariat ressemble à un camp retranché en pleine guerre : toutes les deux minutes des flics rentrent et sortent pour intervenir quelque part et éviter aux échauffourées de dégénérer. D'ailleurs le commissaire Giardello aimerait que vous trouviez une explication aux disparitions de putes que les rumeurs rapportent. La situation est déjà tendue, il aimerait éviter que ça vire au grand n'importe quoi.

Le reste de la soirée et le début de la nuit n'est que tentatives d'approche des putes du quartier. On vous envoie vers celles de l'autoroute, la tristesse incarnée tellement leur situation est glauque et désespérée.Et finalement vous apprenez d'une certaine Camille (la cinquantaine, sûrement pas mal quelques kilomètres de coke avant) que plusieurs témoins de disparitions auraient dit avoir vu une camionnette noire.

Dans tout ça, Hawkins vous demande si vous vous voulez réaliser le transfert du dernier vigile vivant (qui a échappé de justesse à un empoisonnement, pas son copain) ou bien si vous laissez ça aux SWAT. Par orgueil vous le prenez, malgré la dangerosité de l'intervention classée à hauts risques. Enfin la nuit se termine par un 10-18 pour tapage nocturne, histoire de, mais vous refilez l'affaire aux flics du coin dès le lendemain.

Mardi 16 juillet

La chaleur est toujours aussi insupportable. Toutes les altercations, surtout dans les embouteillages, semblent prêtes à tourner en mêlée générale. Pour calmer les échauffourées COPS/SWAT, un tournoi de boxe interne sera organisé samedi, pour détendre l'atmosphère (entendre régler les comptes).

Vous annoncez votre plan à Hawkins pour le déplacement du vigile de l'hôpital à la prison. Les SWAT donnent le change avec des véhicules blindés et compagnie, tout sauf discret avec Marcus qui fait semblant d'être le vigile. De votre côté vous embarquez discrètement le vigile dans une ambulance banalisée blindée avec la voiture de Lyam qui suit à distance.

Le subterfuge ne marche pas. Du côté des SWAT les deux vans sont attaqués au lance-roquette en plein sur l'autoroute. Marcus s'en sort d'extrême justesse, mais la brigade des SWAT paie un lourd tribut : 2 morts.
De votre côté, vous vous en sortez un peu mieux, notamment grâce à un chauffard qui vous évite de prendre la première roquette en pleine poire.
Y a plus qu'à espérer qu'on puisse faire tomber de grands caïds de la mafia irlandaise.

Vous terminez « tranquillement » la soirée à Skid Row : entre quelques contacts de Sean, les archives papier débordantes du commissariat et le fichier informatisé, vous finissez par remarquer que : les disparitions se sont accélérées depuis 4 mois ; ça représente près de 40 personnes ; plusieurs disparitions ont été signalées par la clinique de l'espoir.

Un petit tour là-bas vous montre encore à quel point la vie de Skid Row n'est pas la même que celle de Beverly Hills : un dispensaire a été mis en place dans un ancien abattoir. A l'intérieur, des médecins bénévoles et quelques infirmières subventionnées par une association tentent de venir en aide tant bien que mal à une véritable cour des miracles.
Un examen approfondi des dossiers, que le médecin en chef vous laisse consulter sans soucis, vous amène sur la voie d'une infirmière nommée Janice (absente ce soir là) qui aurait demandé une analyse de sang peu courante à chacun des disparus signalés. A chaque fois elle a rajouté l'examen après que le médecin ait rempli le dossier. Reste plus qu'à revenir demain.

Mercredi 17 juillet

Le ciel est gris, mais la chaleur encore plus étouffante. Pompiers, ambulanciers et policiers n'arrêtent pas de sortir pour intervenir. Dans les rues, les bornes incendies sont ouvertes pour profiter de l'eau. Les plages de Venice sont envahies. Les SDF paient un lourd tribut à la canicule.

Vous enquêtez sur l'infirmière Janice Jalkstein. Même pas 30 ans, diplôme de médecin raté, se rabat sur infirmière, virer de trois hôpitaux pour avoir tapé dans la pharmacie. Termine au dispensaire de Skid Row.
Vous vous renseignez sur le fameux examen prescrit, qui sert à détecter un type de stéroïde présent dans le sang.
Sur son compte, des versements réguliers d'une somme, qui ne vient pas de l'association gérant le dispensaire.
Vous échafaudez alors un plan pour s'approcher de l'infirmière et la tenter de s'occuper de Marcus déguisé en clochard : vous la suivrez, vous interviendrez pour découvrir le fin mot de l'histoire et toc, appel des anges : Hawkins vous réclame à Bervely Hills.

Grosse, grosse baraque, beaucoup, beaucoup de frics, gros, gros piège médiatique en vue. Charles Oba Shaver, riche magnat de l'immobilier, a été assassiné. Carl Nowemba, le maire, veut les COPS, vous êtes dispos, Hawkins vous annonce de stopper toutes vos autres affaires, de ne pas compter vos heures (et vous ne serez probablement pas payés) et de vous méfier. Les enquêtes sur des riches, c'est toujours risqué, vous en savez quelque chose.

Et là tout est trop beau : Shaver a le crâne défoncé de plusieurs coups violents par quelqu'un de plus petit. Seules quelques montres ont été piquées. La clim a été coupée et le tueur est entré par la fenêtre ouverte. Parmi les 3 domestiques, un couple et leur nièce, cette dernière est abusée par son patron qui menace de la renvoyer avec son oncle et sa tante à Portorico si elle parle. L'oncle devient mutique, larmes aux yeux, dès qu'on lui parle de cette situation. C'est clair, il était au courant. De là à taper sur son patron en voulant faire croire à un cambriolage, y a qu'un pas. Que vous ne franchissez pas pour le moment, mais quand le maire vous appelle car il ne veut pas que l'affaire traîne et ne fasse trop de vagues, il est clair que lui il franchit ce pas allègrement et voit déjà le domestique en prison en ayant pris perpét.


Eric
Eric
Niveau 7
Niveau 7

Nombre de messages : 3874
Age : 41
Prénom (valide requis) : Eric
Date d'inscription : 30/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Résumé de la partie 5 Empty PARTIE 6, suite et "fin" de la PARTIE 5

Message  Eric Sam 22 Oct - 13:20

Vous attaquez tôt la journée de jeudi, le soleil n’est pas présent mais la chaleur est déjà insupportable. La pollution grimpe en flèche, les citoyens du centre se baladent tous avec des masques et/ou des combinaisons pour se protéger, bref ambiance apocalypse nucléaire. Vous sentez que la journée va être longue (et en plus vos heures sup’ ne seront pas payées), et pour couronner le tout Lyam se fait piquer son badge par un jeune voyou.
Dans l’aquarium, vous sentez bien que le maire met la pression sur Hawkings et Skripnick. Vous vous séparés en deux groupes.
Le premier groupe enquête sur Charles Oba Shaver : il découvre que son héritage ira en grande partie au NOM (la Milice du Nouvel Ordre), un parti de fachos ; néanmoins le frère de Lyam, affilié au NOM, vous apprend que Shaver avait prévu de quitter le parti. A cela - après trois heures de visionnages de vidéo - il faut ajouter la découverte de 3 amis très proches, grandes fortunes de L.A comme Shaver, dont deux sont morts récemment (Van Thuys que vous « connaissez » dont vous avez appris le suicide et Rothman, magnat de la presse mort dans un carambolage) et dont une partie de la fortune est allée au NOM. Y aurait-il baleine sous roche ?
Le deuxième groupe part à Bervely Hills pour fouiller dans les dossiers : archives vidéos du quartier, archives papiers des affaires récentes, etc. Sauf que Bervely Hills c’est l’antithèse de Skid Row : tout est beau et luxueux, mais l’accueil vous refroidit on ne peut plus malgré la canicule ; le commissaire vous met poliment des bâtons dans la roue. Néanmoins, vous découvrez une piste intéressante : deux cambriolages ont eu lieu quelques semaines avant, et à chaque fois les fenêtres étaient ouvertes alors que tout le monde a la clim dans ce quartier. En fouillant un peu, il s’avère qu’un pirate a dû bidouiller les clims, qui sont gérés à distance par des entreprises via le Net.
L’après-midi, après avoir mis vos informations en commun, vous espérez bien trouver une piste sur les vidéos surveillances du quartier et vous vous dirigez vers les boîtes qui s’en occupent. Hélas, il vous faut plus de deux heures pour traverser le quartier, les milices privées obéissant scrupuleusement aux consignes du commissaire sur les nettoyages préventifs contre le GOB.
Le soir, le maire veut vos preuves sur la culpabilité du domestique et ne comprend pas (il vous engueule, soyons clair) que vous passiez votre temps dans ce beau quartier qu’est Bervely Hills. Finalement, vos soupçons font mouche et vous obtenez 24h de plus. Pendant ce temps là, à Skid Row, c’est la merde et on vous signale que deux SDF ont disparu. Argh, pas le temps de s’en occuper.

Vendredi, la chaleur est insupportable, et on frôle les 45°C au pire de la journée. Toutefois, les bureaux des boîtes de vidéosurveillance sont climatisés, et même pas besoin du mandat de perquisition bien en règle pour s’assurer la coopération des patrons : le simple fait d’évoquer que vous puissiez dire à la presse qu’ils se sont faits pirater suffit à les rendre dociles. Si le pirate est un vrai cador, il a néanmoins zappé deux vieilles bonnes caméras non numériques qui ont enregistré sur un magnétoscope (car sur les autres, que dalle, tout a été effacé et d’une super manière). Et sur ces deux caméras, on peut voir une silhouette assez fine (jeune ado ou femme) se barrer à moto. Là, c’est sûr et certain, ça ne peut pas être le domestique. Vous demandez aussi aux boîtes de surveiller la maison de Stenford, le dernier ami survivant de Shaver, et de signaler toute intrusion sur le système ou toute défaillance de clim. Vous allez d’ailleurs voir Stenford - avant de quitter ce magnifique quartier qui vous a si bien accueilli - qui trouve bizarre que vous songiez à un complot (il le dit avec assurance, mais n’y croit pas trop).
A peine avez-vous pris la voiture que le maire vous contacte et s’offusque que vous harceliez un honnête citoyen comme Stenford. Ca va chauffer pour votre matricule ! De retour au LAPD, il va falloir faire sortir Felipe de son mutisme. Coyle s’y colle à nouveau, parle des nouvelles preuves qui pourraient le sauver devant un jury (même si c’est un domestique portoricain soupçonné de meurtre sur son riche patron) et rappelle à Felipe que sa femme et sa nièce seront seules et ne pourront pas s’en sortir sans lui. Felipe finit par craquer, et balance l’affreuse vérité : Shaver et ses amis faisaient souvent des orgies, mais un soir ils ont ramené deux jumelles de 12 ans issues de Skid Row. Quand Shaver est venu chercher Felipe à 4h du matin, il lui a demandé de tout nettoyer et de ne rien à dire à personne sinon il arriverait pire à sa femme et sa nièce ; car au milieu de la pièce trône les cadavres nues et mutilées des deux jeunes filles, que Felipe a dû récupérer et jeter au large des côtes avant de tout astiquer dans la maison.
Felipe peut néanmoins vous apprendre où Shaver et ses amis ont récupéré les jumelles dans Skid Row. Vous revoilà donc partis vers ce quartier familier, où les forces de police sont éreintées par toutes les complications provoquées par l’insupportable chaleur. Les contacts de Sean vous amènent finalement à un dénommé Armando, un jeune de 17 ans qui s’occupe de faire survivre un groupe de jeunes mineurs. Il vous avoue tout, fou de rage et espérant sincèrement que vous pourrez faire quelque chose contre Stenford en comprenant que vous en savez déjà long. Il explique que lorsqu’il a découvert ce qui était arrivé aux jumelles, membre de sa petite communauté, il a fait jouer tous ses contacts dealers pour récupérer de l’argent et payer un pirate surdoué. Grâce a lui il a pu se venger de Van Thuys en pénétrant chez lui et en le poussant dans le vide. Il a attaqué la bagnole de Rotman au cocktail molotov sur l’autoroute et pénétré chez Shaver pour l’assassiner. Vous l’embarquez et retournez au LAPD pour faire le point.

Hawkings et Skripnick appellent le maire Carl Nowemba, qui déboule dans les bureaux du COPS pour s’entretenir avec eux. La tension est grande, et tous les COPS présents ont cessé leurs affaires, attendant l’issue de cet entretien, espérant que toutes les valeurs pour lesquelles vous luttez ne soient pas mis à mal par les plus riches. L’ascenseur bippe alors et Stenford entre tranquillement avec son avocat pour rejoindre Nowemba, Hawkings et Skripnick. Au bout d’une demie-heure qui vous paraît atrocement longue, Stenford ressort le sourire aux lèvres, suivi nonchalamment du maire et d’un Skripnick dépité. Dans son bureau, Hawkings pète son ordinateur de rage et prononce un incroyable chapelet de jurons qui ferait frémir les auteurs de South Park. Tout est dit, Armando ira bien sûr en prison à perpétuité mais Stenford n’aura même pas la moindre amende à payer : pas de preuves directs (pas de corps, pas de témoins puisque lorsque Felipe a été prévenu par Shaver, Stenford était déjà reparti).

La journée du samedi est morne. Pourtant il fait nettement moins chaud car la pluie arrive enfin, mais toute la poussière accumulée entraîne d’immondes coulées de boues dans toute la ville. Malgré la victoire d’Hawkings au tournoi de boxe contre les SWATS, deux nouvelles déprimantes achèvent votre semaine : un massacre en règle a eu lieu dans Skid Row, et lorsque vous vous rendez sur les lieux où vit la petite communauté d’Armando, les voisins vous expliquent que des hommes cagoulés et armés sont arrivés dans des vans noirs et ont éliminé tout le monde (vous êtes quasiment sûrs que Stenford a embauché des mercenaires pour éliminer de possibles témoins gênants). Et enfin, une future affaire s’annonce particulièrement glauque : Naomi Clemente, 8 ans, cadavre jeté dans une benne à ordures, retrouvée violée et mutilée, avec des traces de drogues annonçant qu’elle a dû être maintenue en vie quasiment tout le long des multiples tortures subies.
Et non, vos heures ne seront pas payées, et non Carl Nowemba ne vous augmentera pas même si vous lui avez évité d’annoncer la culpabilité d’un innocent (ce qui aurait été une grosse boulette avec les élections dans 6 mois).


Eric
Eric
Niveau 7
Niveau 7

Nombre de messages : 3874
Age : 41
Prénom (valide requis) : Eric
Date d'inscription : 30/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum